Secrétariat général du COSPRAD

Depuis 2017, l'INHESJ assure le secrétariat général du Conseil scientifique sur les processus de radicalisation (COSPRAD).

Le COSPRAD, créé par le décret du 3 mai 2017 modifié par le décret du 12 décembre 2018, est une instance originale dans le paysage des institutions publiques françaises et internationales.

Issu des recommandations du rapport de mars 2016 de l’Alliance nationale des sciences humaines et sociales (ATHENA), ce conseil est présidé par le Premier ministre. Sa vice-présidence est assurée par Jean-François Balaudé, président de l’université Paris Nanterre, président de l’Alliance ATHENA. Il est composé depuis décembre 2018 :

  • de 11 représentants de l’Etat (contre 7 précédemment) ;
  • de 4 élus locaux ;
  • de 2 membres du Parlement autorisés à y siéger par la loi du 3 août 2018 (en cours de nomination)
  • de 13 personnalités scientifiques (11 précédemment).

Sa mission est de favoriser l’articulation et le dialogue entre recherche et politique publique, en vue de développer la structuration de la recherche sur les radicalisations en France et de faire des propositions au Premier ministre.

Les missions du conseil

Dans le but de favoriser la prévention et la lutte contre les processus de radicalisation, le COSPRAD est chargé de :

  • Faciliter les interactions entre les administrations publiques et les chercheurs en sciences humaines et sociales ;
  • Proposer des axes de recherche prioritaires sur les questions de radicalisation ;
  • Favoriser l’organisation d’états généraux de la recherche sur la radicalisation et d’en diffuser les bonnes pratiques ;
  • Favoriser la réflexion sur l’accès aux données à caractère sensible en matière de radicalisation ;
  • Contribuer à la valorisation des résultats de la recherche en sciences humaines et sociales et à leur réutilisation au bénéfice des politiques publiques de prévention et de lutte contre la radicalisation.

Les actions

En 2017 et 2018, le secrétariat général du COSPRAD, en partenariat avec l’INHESJ et le Conseil interministériel pour la prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR), a organisé des ateliers thématiques fermés qui s’inscrivent dans un cycle de travaux conduits avec les membres qualifiés du Conseil scientifique et qui sont des plateformes d’échange entre chercheurs, acteurs publics et représentants de la société civile.

Le secrétariat général du COSPRAD a également lancé des actions préparatoires à la mise en œuvre du plan d’action validé par le Premier ministre en réunion interministérielle le 30 janvier 2018 :

  • Cartographie de la recherche sur les processus de radicalisation : ouvrages, chercheurs, structures spécialisées en France
  • Préparation d'une offre de contrats doctoraux ciblés sur la thématique des processus de radicalisation, en lien avec le ministère de la Recherche, de l'Enseignement supérieur et de l'Innovation (MESRI)
  • Recensement des ressources légales et administratives sur l'accès des chercheurs aux données et terrains sensibles
  • Recensement de structures, aux niveaux national, européen et international, jouant un rôle de transfert comparable à celui du COSPRAD.

Ressources et documentation

Bilan d'activité 2018 du COSPRAD