INHESJ

Les atteintes sexuelles dans les transports en commun

Fil d'Ariane

Repères n° 34
Les atteintes sexuelles dans les transports en commun
20 décembre 2017

Dans un avis intitulé « Le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun », publié le 16 avril 2015, le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) regrettait le manque de documentation disponible sur ce phénomène. En effet, si l’accent est souvent mis sur les violences commises dans l’espace privé domestique, il n’en reste pas moins que les atteintes sexuelles perpétrées dans la rue, les transports en commun ou les autres lieux publics sont également importantes et graves, et nécessiteraient la même attention.

Beaucoup de travaux reviennent d’ailleurs sur les différentes stratégies d’acceptation, de résignation ou encore de contournement développées par les femmes, et s’accordent sur le fait que celles-ci modifient considérablement leur pratique - tout au moins leur perception - de l’espace public (Condon et al., 2005; Lieber, 2008). S’il est ainsi reconnu que ces violences, vécues ou non, génèrent des angoisses, le déficit de connaissance des caractéristiques des actes conduit à banaliser un phénomène pourtant traumatisant pour les victimes.

Cerner les manifestations du phénomène et mieux connaître les profils des victimes d’agressionssexuelles dans les transports en commun reste donc un enjeu de premier ordre. Afin d’y contribuer, nous nous emploierons dans cette étude à mieux comprendre ce qui les caractérise. Dans une première partie, il s’agira de mesurer l’importance du phénomène à partir de l’exploitation de l’enquête « Cadre de vie et sécurité » (CVS). Cette enquête permet notamment d’identifier les victimes, de déterminer leurs principales caractéristiques mais également de mieux appréhender leurs liens avec les auteurs.

Via l’exploitation de cette enquête, nous verrons que ce phénomène se manifeste essentiellement en Île-de-France. Le taux de victimation, nettement supérieur pour les Franciliennes, en atteste. La mobilité augmentant avec la taille de l’agglomération, de même que la diversité des déplacements, l’Île-deFrance est une entité géographique qui présente des spécificités importantes, notamment en termes de recours aux transports en commun. Eu égard à ces considérations, nous proposerons une analyse basée essentiellement sur ce périmètre géographique.

Dans une seconde partie, à partir des informations sur le mode opératoire contenues dans les plaintes pour atteintes sexuelles ayant lieu dans les transports en commun ferrés d’Île-de-France (p. ex., métro, RER, Transilien), nous nous attacherons à déployer le spectre des atteintes.

Nous verrons dans quelle mesure des atteintes telles que des mains aux fesses, des exhibitions, ou des pelotages peuvent être combinées entre elles ou encore accompagnées de violences physiques et/ou verbales. Il ne s’agira en aucun cas de hiérarchiser les agressions, mais de montrer que la prise en compte de l’ensemble des caractéristiques et des circonstances des atteintes suffit à elle seule à expliquer les conséquences souvent délétères pour les victimes.

Mots-clés : Violences sexuelles Délinquance dans les transports

Derrière cette publication

Mickaël Scherr En savoir plus

Mickaël Scherr

Fonction Chargé d’études
Discipline Criminologie