INHESJ

Observer des phénomènes de drogue dans le quartier est-il synonyme de gêne ?

Fil d'Ariane

La Note n° 1
Observer des phénomènes de drogue dans le quartier est-il synonyme de gêne ?
01 juin 2015

D'après l'enquête « Cadre de vie et sécurité » (CVS), 52 % des personnes âgées de 14 ans et plus qui observent des phénomènes de drogue dans leur quartier estiment en être gênés ou très gênés. Cette proportion atteint 82 % pour les personnes qui voient à la fois des revendeurs et des déchets liés à de la consommation. En comparaison, seulement 36 % des personnes qui observent uniquement des consommateurs de drogue se disent gênées.

Parmi les personnes qui observent des phénomènes de drogue, c’est dans les zones urbaines sensibles (ZUS) que la fréquence et le cumul de problèmes rencontrés y sont plus élevés. Cela explique en partie pourquoi 69 % d’entre elles éprouvent de la gêne, soit 18 points de plus que pour les personnes des unités urbaines se situant hors des périmètres ZUS.

Par ailleurs, les jeunes adultes (14 à 29 ans), qui composent pourtant la classe d’âge observant davantage de phénomènes de drogue, ne sont pas pour autant les plus gênés. Les résultats semblent indiquer que pour une même exposition les individus les plus jeunes sont moins gênés par l’observation de phénomènes de drogue que les autres classes d’âge.

Mots-clés : Perceptions et observations par la population Observations locales
Téléchargement

Derrière cette publication

Mickaël Scherr En savoir plus

Mickaël Scherr

Fonction Chargé d’études
Discipline Criminologie