INHESJ

Le rôle des éléments de sécurité face aux cambriolages

Fil d'Ariane

Grand Angle n° 40
Télécharger le Grand Angle n°40
01 décembre 2016

Ce travail propose une analyse détaillée de l’efficacité des éléments de sécurité des ménages face aux cambriolages. Le cambriolage est étudié ici comme une séquence (ciblage – entrée – vol) et non comme un tout homogène. Ainsi nous mettons en évidence, outre l’effet des caractéristiques de l’environnement du logement, celui des éléments de sécurité dont ils peuvent être pourvus. Au regard des résultats de cette étude, chaque étape du cambriolage est conditionnée par différents facteurs aggravants ou protecteurs. Ainsi, lors du choix de la cible par le cambrioleur, ce sont les facteurs relatifs à l’environnement du logement qui seront les plus déterminants. Un environnement dégradé, des actes de vandalisme et de cambriolages sont des facteurs de risques supplémentaires d’être choisi pour cible. Les éléments relatifs à la richesse du ménage (le niveau de vie ou la superficie du logement, par exemple) ont également un effet attractif pour les auteurs. Toujours au stade du choix de la cible, les dispositifs de sécurité, tels que l’alarme ou la caméra de surveillance, ont un effet dissuasif bien que limité en comparaison aux facteurs environnementaux.

Les dispositifs de sécurité semblent davantage protéger de l’entrée par effraction que du ciblage du logement par l’auteur. En effet, au moment de la tentative d’entrée dans le logement, les facteurs environnementaux ont une moindre importance. En termes de protection, les différents dispositifs jouent un rôle significatif. L’alarme et la porte blindée apparaissent comme des dispositifs efficaces pour protéger contre l’entrée par effraction, cela est d’autant plus vrai lorsque ce dispositif est associé à d’autres, tels qu’un digicode ou une caméra de surveillance.

Une fois que l’auteur a réussi à entrer dans le logement, seule la présence d’un occupant et, dans certains cas, d’une alarme, a un effet protecteur contre le vol.

Les résultats présentés font apparaître des différences d’efficacité des dispositifs entre les maisons et les appartements. Les deux types de logements sont abordés de manière séparée afin de mettre en évidence les spécificités de chacun en termes de facteurs de risque et de protection. 

Mots-clés : Vols Cambriolages

Derrière cette publication

Amandine Sourd En savoir plus

Amandine Sourd

Fonction Chargée d’études
Discipline Criminologie