INHESJ

Analyse descriptive des vols à main armée à Paris et en petite couronne

Fil d'Ariane

Grand Angle n° 44
Analyse descriptive des vols à main armée à Paris et en petite couronne
30 juin 2017

Cette étude, menée avec le concours de la Préfecture de police, dresse un état des lieux statistique détaillé des vols avec arme à feu commis ou tentés à Paris et en petite couronne en 2014. La collecte des données anonymisées et non identifiantes, communiquées à partir de documents de police (télégrammes, diffusions, etc.) a permis la constitution d’une base de données recensant 870 vols à main armée (VMA), soit 502 contre des personnes morales et 368 contre des personnes physiques.

L’analyse descriptive de cet échantillon permet de mettre en évidence des caractéristiques essentielles à une meilleure compréhension de ce phénomène criminel. Des éléments de contexte comme les caractéristiques spatio-temporelles, le déroulement du passage à l’acte, du dénouement ou encore des renseignements sur les mis en cause y sont notamment décrits.

Il est ainsi possible de savoir que la période durant laquelle il y a eu le plus de VMA commis ou tentés à Paris et en petite couronne est la soirée (entre 18h et minuit). Concernant le passage à l’acte, nous pouvons constater que le niveau de préparation n’est pas le même selon le type de cibles. En effet, les auteurs de VMA contre les personnes morales dissimulent plus leur visage (80% contre 48% des auteurs de VMA contre les personnes physiques) et sont plus armés: dans 41 % des VMA contre les personnes morales le ou les auteurs avaient en leur possession plusieurs armes alors que ce pourcentage s’élève à 24 % pour les VMA contre les personnes physiques. La présence d’armes d’épaule est également plus fréquente lors des VMA contre les personnes morales.

Pourtant, les VMA ciblant des personnes physiques s’accompagnent plus souvent d’actes de violence contre les victimes (47 %) que durant les VMA visant des personnes morales (37 %). La réaction des victimes est quant à elle similaire quelle que soit la cible visée: environ un VMA sur cinq donne lieu à une résistance physique ou un refus d’obéir de la part des victimes.

L’étude permet également de constater que le butin se différencie en fonction du type de cibles. Ainsi, les VMA contre les personnes physiques donnent plus souvent lieu à au moins un vol de biens matériels (72 %) que les VMA contre les personnes morales (28 %). La moitié des VMA visant les personnes morales et durant lesquels il y a eu un vol d’argent ont engendré un gain de moins de 680 euros aux auteurs (370 euros dans le cas des VMA contre personnes physiques).

Les faits élucidés permettent de disposer d’informations sur les mis en cause. Nous savons ainsi qu’ils sont âgés en moyenne de 25 ans quelle que soit la cible visée. Ils ont d’autres caractéristiques communes et notamment le fait d’être antérieurement connu des services de police. En effet, la proportion d’entre-eux connus des services de police est d’environ 70 % des mis en cause pour des VMA contre des personnes morales ou contre des personnes physiques. La distance pour accomplir le vol n’est pas la même selon le type de cibles. Ainsi, les VMA visant des personnes morales apparaissent comme une infraction de proximité en comparaison avec les VMA contre des personnes physiques (distance médiane respective de 2,7 km et 5,3 km). 

Mots-clés : Vols Vols à main armée

Derrière cette publication

Keltoume Larchet En savoir plus

Keltoume Larchet

Fonction Chargée d’études
Discipline Criminologie
Aurélien Langlade En savoir plus

Aurélien Langlade

Fonction Adjoint au chef de l’ONDRP
Discipline Criminologie