Sécurité dans les transports en commun : le cas des usagers captifs

Note 33

La Note de l'ONDRP Nº 33

Date de publication

Entre 2009 et 2013, les enquêtes Cadre de vie et sécurité (CVS) ont permis d’interroger près de 6 000 usagers des transports en commun qui utilisent exclusivement ce mode de déplacement, n’ayant pas d’autres options pour se déplacer (usagers dits captifs). Ils représentent 10% de l'ensemble des usagers des transports en commun.

D'après ces enquêtes, par rapport aux usagers qui utilisent volontairement les transports en commun, les usagers captifs sont relativement plus nombreux (17 %) à se sentir rarement en sécurité dans ce contexte.

Les usagers captifs se trouvent dans une situation problématique : ils se sentent moins en sécurité dans les transports en commun, notamment les femmes, les personnes âgées de 40 à 59 ans, ou encore celles ayant un faible niveau de vie ; mais ils peuvent difficilement changer leurs habitudes de transport, n'ayant pas d'alternatives pour se déplacer.

Télécharger les données de l'étude

Etude réalisée à partir des enquêtes CVS, Insee-ONDRP, 2009-2013 et portant sur les usagers de 14 ans et plus, résidant en France métropolitaine et ayant utilisé les transports en commun au cours des 24 derniers mois

note_33.pdf264.74 Ko