Flash’ Crim

Flash' Crim
Courte et concise, la collection « Flash’ Crim » se propose de fournir des éléments de cadrage, principalement quantitatif et en évolution, sur une infraction ou les réponses pénales. Les données peuvent être issues de l’enquête « Cadre de vie et sécurité », des bases de données administratives de la police ou de la gendarmerie ou encore des données judiciaires (orientation du parquet ou casier judiciaire national).

Flash' Crim Nº 26

Date de publication

Les données fournies par la Direction générale des douanes et des droits indirects (DGDDI) permettent d’étudier les atteintes à l’encontre de ses agents et de ses biens. En 2018, 1 895 atteintes aux agents ont été enregistrées. Ce nombre a augmenté de 23 % par rapport à 2017, ce qui est principalement dû à la hausse des atteintes verbales. Le nombre d’agents blessés a également augmenté, tandis que celui d’atteintes aux biens reste stable.

Afficher

Flash' Crim Nº 25

Date de publication

Moins de 1 % des condamnations pour viol concernent des femmes. Le faible nombre de femmes condamnées chaque année pour viol pourrait expliquer le fait que la criminalité sexuelle féminine soit souvent perçue comme étant « un phénomène criminologique d’importance secondaire » (Harrati, Vavassori et Villerbu, 2007). Pourtant la criminalité sexuelle féminine existe. Ce Flash et son annexe présentent des informations détaillées sur les femmes condamnées pour viols en France.

Afficher

Flash' Crim Nº 24

Date de publication

L’enquête « Cadre de vie et sécurité » (CVS) permet d’estimer qu’en moyenne, chaque année, 235 000 personnes âgées de 18 à 76 ans ont été victimes de violences sexuelles  entre 2011 et 2017  (soit 0,5 % de la population). Parmi ces victimes, 78 % ont expliqué dans l’enquête ne pas s’être déplacées à la police ou à la gendarmerie pour déclarer les faits, 15 % ont dit s’être déplacées et 6 % n’ont pas donné de réponse à ce sujet.

La raison majoritairement évoquée par les victimes de violences sexuelles est que, selon elles « cela n’aurait servi à rien » (72 %).

Afficher

Flash' Crim Nº 23

Date de publication

Sur la période 2010-2017, 35 % des personnes entre 18 et 76 ans déclarant avoir été victimes d'actes à caractère sexuel hors ménage sont des victimes d'exhibitionnisme. Ceci classe donc l'exhibitionnisme comme le deuxième type d'acte délinquant à caractère sexuel derrière "les gestes déplacés" qui comprennent notamment les baisers et les caresses non désirés.

Etude réalisée à partir de l'enquête de victimation Cadre de vie et sécurité Insee-ONDRP-SSMSI.

 

 

 

Afficher

Flash' Crim Nº 22

Date de publication

Les vols sans effraction dans les résidences principales des ménages font partie des atteintes aux biens que recense l'enquête annuelle "Cadre de vie et sécurité". Lorsque le vol a lieu dans une dépendance ou dans le jardin du logement, par exemple, le ou les auteurs n'ont en général pas besoin d'entrer par effraction. En outre, l'entrée dans le logement-même d'une victime peut se faire sans effraction  en se présentant à la porte sous une fausse identité.

Afficher