La criminalité sur les territoires du Grand Paris (2016-2017)

GA551

Grand Angle Nº 51

Date de publication

A travers ce numéro de Grand Angle consacré aux crimes et délits commis sur le territoire du Grand Paris et enregistrés pat la police nationale,l'ONDRP poursuit un travail d’analyse et de restitution des données de la préfecture de police entrepris il y a maintenant plus de 10 ans. D’abord limitée aux arrondissements parisiens, l’analyse est désormais étendue aux communes des trois départements de la petite couronne qui forment l’ensemble du Grand Paris de la sécurité

Au cours des dernières années, de nouveaux outils de saisie des faits constatés ont été déployés dans les services de police et les unités de gendarmerie. Ils ont amélioré la fiabilité et la précision des données enregistrées. Le traitement des données est ainsi facilité par l’utilisation de formats standards dans des bases mieux structurées. Ces données permettent aux analyses d’être plus détaillées et à leurs résultats d’être plus pertinents.

Cette publication est organisée en trois parties. La première porte sur la méthode. Elle aborde la problématique des données, la signification des variations, la méthode du quotient local pour analyser la spécialisation territoriale des crimes et délits à partir des indicateurs et l’analyse de la concentration spatiale des faits à partir de ces mêmes indicateurs.

La deuxième partie est consacrée aux évolutions des faits constatés à travers les principaux indicateurs d’atteintes aux personnes et aux biens de l’ONDRP sur la période 2016 à 2017.

Les analyses et la communication sur la délinquance enregistrée sont généralement issues de l’état 4001. Cet outil porte sur les crimes et délits enregistrés par les services de police et les unités de gendarmerie selon une méthodologie et une nomenclature créées en 1972 par la direction centrale de la police judiciaire en application de l’article D.8 du code de procédure pénale.

Dans cette partie qui porte sur les faits à l’échelle des départements puis des communes, les faits pris en compte sont ceux qui ont été commis effectivement sur le territoire durant l’année étudiée.  Ceci quel que soit le lieu du dépôt de plainte en France.  Ceci diffère de la méthodologie de l’état 4001 qui décrit les faits commis au lieu de leur enregistrement au cours de l’année de leur enregistrement.

La dernière partie comporte deux types d’analyse : la première concerne la recherche d’une spécialisation criminelle territoriale à l’échelle de la commune et la détection de concentrations spatiales et temporelles des faits en utilisant la méthodologie des indicateurs de crimes et délits de l’ONDRP ; la seconde analyse fait apparaitre une délimitation des territoires de la criminalité à partir de la dispersion des faits sur le Grand Paris, indépendamment des limites territoriales administratives. Il s’agit ici d’une approche micro-locale des phénomènes, réalisée à l’adresse du lieu de commission des faits.

(Jean-Luc BESSON)