INHESJ

Devant la guerre nucléaire

Fil d'Ariane

inhesj-dupuy-guerre-nucléaire
30juin.20

Article issu de la LIREC n°62 sur la double question de la rationalité et de l’éthique de la dissuasion nucléaire dans le contexte des tensions internationales actuelles.

De toutes les menaces qui pèsent sur l’avenir de l’humanité celle-là est la plus méconnue et la plus oubliée. Cet article issu de la LIREC n°62 analyse les raisons de notre insouciance. Il est amené ainsi à poser la double question de la rationalité et de l’éthique de la dissuasion nucléaire. Il montre que résoudre la première conduit à un jugement accablant sur la seconde. Jamais durant toute la durée de la Guerre froide nous n’avons été aussi proches qu’aujourd’hui du déclenchement d’une guerre nucléaire.

1. Le péril atomique et les raisons de notre insouciance

La menace d’une guerre nucléaire est plus réelle que jamais. Parmi les meilleurs experts du domaine, William Perry, qui fut le secrétaire à la Défense du président Clinton et enseigne aujourd’hui à Stanford, la juge équivalente à ce qu’elle fut à l’un des pires moments de la Guerre froide, lorsque les États-Unis et l’Union soviétique se dotèrent à quelques mois d’intervalle de la bombe thermonucléaire. On avait très peur à l’époque. Aujourd’hui, la situation laisse la grande majorité des gens indifférents. Je tente dans mon livre de saisir l’importance du danger et ce qui fait que nous restons aveugles devant lui. Je vois à cela trois raisons.

Commençons par le plus visible, les tensions internationales. La présence à la tête des deux seules grandes puissances nucléaires, les États-Unis et la Russie, de dirigeants qui semblent agir de façon irrationnelle voire folle, est évidemment un facteur aggravant. Des conflits plus locaux, comme celui qui oppose Donald Trump au leader de la Corée du Nord, Kim Jong Un, pourraient facilement dégénérer. Durant l’été 2017, l’escalade verbale entre eux a atteint des sommets qui ont fait craindre le pire. Mais il ne faut pas exagérer l’importance de ce premier facteur . La menace nucléaire n’est pas quelque chose qui apparaît en faisant les gros titres des médias et puis qui disparaît. Depuis l’été 1945 elle n’a jamais cessé de planer au-dessus de nos têtes.

Beaucoup plus préoccupantes sont les modalités de l’emploi de l’arme nucléaire. Les armes conventionnelles ne connaissent que deux options : la défense et l’attaque. L’arme atomique introduit un troisième larron : la dissuasion.

La défense : dans son fameux discours du 23 mars 1983 sur la « Guerre des étoiles » Ronald Reagan défendit l’idée que l’on pouvait et devait se protéger d’une attaque nucléaire ennemie par un « bouclier » fait de missiles antimissiles. Ses successeurs, jusqu’à Clinton, Bush, Obama et bien sûr Trump, n’ont jamais renoncé à ce projet, pourtant voué à l’échec. La puissance de destruction de l’arme atomique est telle que le premier missile qui passerait au travers du bouclier serait le missile de trop. En matière industrielle, on ne connaît pas de réussite à 100%.

La dissuasion : elle consiste à menacer l’ennemi, dès lors qu’il s’attaquerait à nos intérêts vitaux, de représailles « incommensurables » qui pourraient monter jusqu’aux extrêmes, c’est-à-dire l’anéantissement mutuel. Personne n’a donc en principe intérêt à attaquer en premier. La meilleure garantie qu’on ne le fera pas, c’est de renoncer à la défense au sens que je viens de considérer. Viendrait-on à lancer nos missiles sur le territoire de notre ennemi, à supposer qu’il conserve une capacité de seconde frappe, sa riposte aurait le champ libre. L’incarnation de cette condition est évidemment le traité ABM (pour Anti-Ballistic Missile) signé par Leonid Brezhnev et Richard Nixon en 1972. Chaque nation offre aux possibles représailles de l’autre sa propre population en holocauste. La sécurité y est fille de la terreur. Si l’une des deux nations se protégeait, l’autre pourrait croire que la première se croit invulnérable et, pour prévenir une première frappe, frapperait la première.

Le vice logique qui se loge au cœur de la dissuasion, c’est qu’elle n’est rationnelle que pour autant qu’elle repose sur une menace dont la mise à exécution serait le comble de l’irrationalité. Car si l’attaqué mettait sa menace de représailles à exécution, il se suiciderait. Tant que la dissuasion marche, elle marche. Dès lors que l’équilibre de la terreur est perturbé, c’est la porte ouverte à la « destruction mutuelle assurée » (MAD en anglais).

 

2. Représailles par anticipation

Il ne faut donc pas majorer l’importance de la dissuasion. Reste l’attaque. Il n’y a pas un seul président américain depuis Truman, soutient le « planificateur de guerre nucléaire » Daniel Ellsberg , qui se soit engagé à ne pas employer l’arme nucléaire en premier. Beaucoup se sont préparés à une frappe dite « préemptive » en réponse à ce qu’ils jugeaient être une attaque imminente de l’adversaire, qu’elle soit conventionnelle ou nucléaire. La préemption, ce sont des représailles par anticipation : il s’agit, paradoxalement, de « strike second first » (soit, être le premier à frapper en second). Avec l’Union soviétique, il ne s’est jamais agi en priorité de dissuader une attaque nucléaire surprise mais bien de minimiser les dégâts causés par la manière dont elle répondrait à une première frappe de l’Amérique. Et ce serait encore le cas avec la Russie de Poutine.

Ellsberg a dû trouver une éclatante confirmation de sa thèse lorsqu’en février 2018, John Bolton, avant de devenir le nouveau National Security Advisor de Trump, jugeait parfaitement légitime que les États-Unis réagissent à la menace imminente posée, selon lui, par la Corée du Nord, en frappant en premier.

La bombe atomique n’est aucunement une arme de non-emploi, comme la théorie de la dissuasion le voudrait, mais une arme dont on annonce qu’on est sur le point de l’utiliser si l’autre vous menace ou pour imposer la satisfaction de ses intérêts. Dans le débat classique sur le choix entre préemption et dissuasion, la première l’a toujours emporté.

Le monde est donc beaucoup plus dangereux que nous ne le pensions, rassurés à bon compte que nous étions par la thèse selon laquelle l’arme atomique est si puissamment destructrice que seuls des fous songeraient à l’utiliser et qu’elle ne sert donc qu’à une chose : empêcher que les autres s’en servent. Ce qui m’amène à la troisième raison de notre insouciance : nous ne voyons pas qui pourrait vouloir déclencher une guerre nucléaire. C’est là notre principal point aveugle. Nous n’avons pas compris que personne n’aura voulu la guerre nucléaire qui s’annonce : ni Trump, ni Poutine, ni Xi, ni même Kim, pas plus que ne la voulaient en 1962 Kennedy et Khrouchtchev. Le principal danger ne vient pas des mauvaises intentions, mais de ce qu’on peut appeler d’un terme générique, un accident. Ce peut être une faute de calcul stratégique, un contresens sur une déclaration d’autrui, un accès de rage, une fausse alerte, quelqu’un qui appuie sur le mauvais bouton ou clique sur un lien erroné. Tous les traits que nous avons énoncés contribuent à maximiser les chances du déclenchement accidentel d’une guerre nucléaire. Un exemple suffira ici.

3. L’accident comme responsable

Le 13 janvier 2018, les habitants de l’archipel de Hawaï ont été saisis d’épouvante pendant 38 très longues minutes. Non seulement ils étaient persuadés qu’ils allaient mourir, eux et leurs proches, mais ils se sentaient atrocement piégés, incapables d’imaginer ce qu’il fallait faire pour échapper à l’horreur. A 8 heures 10 du matin, tous ceux qui se trouvaient sur l’archipel, habitants et touristes, reçurent sur leur téléphone portable une alerte qui disait : « BALLISTIC MISSILE THREAT INBOUND TO HAWAII. SEEK IMMEDIATE SHELTER. THIS IS NOT A DRILL ». Il était d’autant plus inévitable de prendre l’alerte au sérieux que Hawaï se trouve non loin d’une ligne reliant la presqu’île coréenne à la Californie. En vérité un fonctionnaire civil avait pris un message enregistré à l’occasion d’un exercice aérien pour une véritable alerte et l’avait relayé urbi et orbi. On eut plus de peur que de mal.

Cependant, le scénario aurait pu être légèrement différent. Si c’était un militaire qui avait été à l’origine de la fausse alerte, une pratique que l’Amérique a enseignée aux Russes aurait été exécutée illico presto. Son nom de code en anglais est « launch on warning », qu’on peut traduire par « lancement déclenché par une alerte ». Si un système défensif détecte le lancement de missiles nucléaires ennemis, il déclenche immédiatement ses propres missiles nucléaires sans attendre que les premiers atteignent leurs cibles. On s’assure ainsi contre le risque de se retrouver sans force défensive une fois celle-ci détruite par les missiles ennemis. Mais surtout, on court-circuite une étape capitale de la dissuasion, à savoir la décision de lancer les représailles promises par celui qui en a en principe le monopole, le chef de l’État. On s’épargne ainsi les dilemmes éthiques, sources intolérables d’une perte de temps quand chaque minute compte. La folie dont nous parlions est désormais inscrite dans un mécanisme.

Le problème est que les systèmes d’alerte sont connus pour fonctionner de manière très approximative, avec un taux de faux positifs élevé, les systèmes russes encore plus que les autres. Dans ses mémoires, Robert McNamara dénombre par dizaines le nombre de fois où, pendant la Guerre froide, on est passé à un cheveu d’un accident fatal. L’exemple de Hawaï montre que la sortie de la Guerre froide n’a rien changé à ce constat.

Il est indéniable que les tensions internationales agissant sur la nervosité des acteurs accroissent les chances du déclenchement accidentel d’une escalade vers l’anéantissement mutuel comme, une fois de plus, l’illustre l’exemple hawaïen : ce n’est pas par hasard qu’il se soit produit quelques mois à peine après l’été 2017 qui vit Trump et Kim faire assaut d’une agressivité démente. Les aléas de la géopolitique sont cependant peu de choses par rapport au danger mortel que représente le face à face même muet entre des arsenaux nucléaires démesurés que Daniel Ellsberg a bien raison d’appeler des machines apocalyptiques (Doomsday machines).

4. Rationalité et éthique de l’arme nucléaire

La question de la rationalité de la possession de l’arme nucléaire se ramène à celle de l’efficacité de la dissuasion. En effet, cette arme ne sert en principe ni à attaquer ni à se défendre, mais simplement à dissuader les autres de l’utiliser. La dissuasion a-t-elle été efficace ? La réponse simpliste consiste à noter qu’il n’y a eu aucune apocalypse nucléaire depuis 1945. Celle de Robert McNamara, qui fut le secrétaire à la défense des présidents Kennedy et Johnson, n’est pas moins sommaire : c’est la chance qui nous a sauvés. On va voir que c’est en fait une question très difficile.

Mais que vient faire l’éthique dans cette affaire ? Pour les gens sérieux qui se disent réalistes, quand la survie du monde est en jeu, on ne perd pas son temps en choses futiles. Cependant, en démocratie, quand les forces armées sont légitimes, elles dessinent une posture qui échappe à l’opposition stérile entre réalisme et pacifisme. Or je crois avoir montré que si on réussit à fonder l’efficacité de la dissuasion, on est obligé de conclure que la simple possession de l’arme nucléaire est une abomination morale. La question de la rationalité et celle de l’éthique sont intimement mêlées.

Je commence par l’éthique. La philosophie morale est partagée entre deux grands pôles qui sont le conséquentialisme et la déontologie . L’origine du conflit qui les oppose est le cas suivant : est-il permis de mettre à mort une personne dont on sait qu’elle est innocente d’un crime qui a mis une foule en furie si ce sacrifice, calmant la meute, évite la mort de plusieurs personnes également innocentes ? Le conséquentialisme, qui ne s’intéresse qu’aux conséquences, répond non seulement que c’est permis mais que cela doit être ; la déontologie, qui juge les actes au regard de leur conformité à des impératifs qui ont une valeur absolue, c’est-à-dire indépendante de la valeur des conséquences (ici, le « tu ne tueras pas ») répond non.

L’éthique de la dissuasion nucléaire pousse à son extrême le conflit entre ces deux sources de la morale ordinaire. Est-il moral pour l’Amérique de pratiquer la dissuasion à l’égard de la Corée du Nord ? Cela implique que l’on menace de tuer un million de civils nord-coréens, sans compter les dégâts collatéraux en Corée du Sud, pour dissuader leur pays d’attaquer en premier en visant la Corée du Sud, l’île américaine de Guam, ou même le Japon. Si c’est, comme l’affirme mon collègue de Stanford Scott Sagan , la meilleure, voire la seule option pour assurer la paix, le conséquentialisme conclut :

   (1) Il est bien de former l’intention de tuer un million de citoyens nord-coréens.

La déontologie quant à elle affirme :

   (2) Il est mal de tuer un million de personnes, quelles qu’elles soient.

Ce qui empêche (1) et (2) d’être franchement contradictoires est qu’on a d’un côté une intention, de l’autre un acte. Pour faire apparaître la contradiction, il faut faire jouer un principe que nous avons hérité des morales de l’intentionnalité et qui dit :

   (3) S’il est mal de faire x, alors il est mal d’en former l’intention, quel que soit x.

Comme la question du sacrifice qui remonte sans doute aux fondements de l’humanité, l’arme nucléaire met violemment la morale en contradiction avec elle-même. Comme je l’ai déjà dit, les réalistes peuvent prétendre s’en soucier comme de leur première chemise, ils ne peuvent faire que la dissuasion ne soit pas frappée d’illégitimité.

Il faut cependant admettre que cet argument a un point faible, qui est le principe (3). On peut le récuser, ou l’affaiblir, ce que fait la doctrine française lorsqu’elle énonce que si la France forme l’intention de liquider jusqu’à soixante millions de ressortissants d’une nation qui attaquerait ses intérêts vitaux, c’est précisément pour faire, grâce à la dissuasion, que les circonstances qui l’amèneraient à passer à l’acte ne seront pas satisfaites. Les spécialistes parlent d’intention auto-invalidante, une intention que l’on n’aurait pas vraiment l’intention de transformer en acte, ce qui nomme l’énigme sans l’éclaircir.

Pour qu’il y ait cette radicale opposition entre déontologie et conséquentialisme, encore faut-il que la dissuasion nucléaire soit efficace, hypothèse cruciale qui soutient la proposition (1). Montrer que tel peut être le cas est une entreprise très difficile, qui implique certains des concepts les plus ardus de la métaphysique. Je crains de ne pouvoir rester ici qu’à la surface des choses.

Puisqu’aucune donnée historique ne permet de trancher, il faut recourir à des raisonnements a priori. Tout au long de la Guerre froide, deux arguments ont été avancés et discutés tant par les philosophes que les stratèges, qui concluaient à l’inefficacité de la dissuasion. Celui qui a fait couler le plus d’encre est le caractère non crédible de la menace dissuasive. Pourvu que l’État-Nation qui menace son adversaire de déclencher une escalade mortelle et suicidaire si ses intérêts vitaux sont mis en danger soit doté d'une rationalité minimale, placé au pied du mur – disons après une première frappe qui a détruit une partie de son territoire – il ne mettra pas sa menace à exécution. S’il le faisait, il déclencherait une escalade qui monterait à l’extrême, c’est-à-dire à l’annihilation mutuelle et celle du monde autour par surcroît . Il faudrait être fou pour choisir cette option. Le paradoxe qui se loge au cœur de la dissuasion nucléaire, c’est donc qu’elle n’est rationnelle que pour autant qu’elle repose sur une menace dont la mise à exécution serait le comble de l’irrationalité.

Cet argument, qui conclut à l’inefficacité de la dissuasion, se double du raisonnement suivant. Pensons à la dissuasion en général, par exemple celle que constitue le système pénal. Pour qu’elle marche, il faut qu’elle ne marche pas à 100%. Des transgressions sont nécessaires pour que tout le monde voie ce qu’il en coûte. C’est ce qu’on appelle l’effet de démonstration. Cet effet est nul dans le cas nucléaire : l‘attaquant potentiel n’a accès à aucune base empirique qui lui dise comment réagirait son ennemi s’il était victime d’une première frappe nucléaire. Le premier échec serait l’échec de trop, pour l’un comme pour l’autre.

Peut-on contourner ces deux arguments et plaider que la dissuasion nucléaire est efficace, au sens où la menace mutuelle de représailles suffit à empêcher le déclenchement de la guerre ? Ici encore, ce ne peut être que par un contre-argument théorique. Or il existe et a reçu le nom de « dissuasion existentielle ». Le coup de force opéré par les théoriciens de cette doctrine consiste à se passer de la menace, des intentions, des plans, bref, de ce qui fait l’essence de la stratégie militaire. Parmi eux, on trouve de très forts esprits, Bernard Brodie, que l’on a surnommé le « Clausewitz américain » et qui fut le premier grand théoricien de MAD, ainsi que le métaphysicien américain, David K. Lewis, que l’on a surnommé, lui, le Leibniz du vingtième siècle, parce qu’il a repris à nouveaux frais la théorie des mondes possibles. Voici une citation de Lewis :

« Ce ne sont pas les intentions, c’est la puissance qui dissuade […] Nous planifions la guerre par le simple fait de notre puissance, même lorsqu’elle ne fait pas partie de nos intentions.8»

J’ai pu montrer, m’appuyant sur les travaux de Lewis, que cette doctrine appelle une métaphysique de l’avenir dans laquelle les événements arrivent nécessairement : ils ne peuvent pas ne pas advenir. Cela implique que le potentiel et l’actuel coïncident. Entre menacer l’ennemi de lancer une escalade qui va détruire le tiers de la population mondiale et le faire vraiment, il n’y a pas de différence. Attention, il ne s’agit pas d’une thèse sociologique à la Ivan Illich ou à la Jacques Ellul, laquelle affirmerait que dès lors qu’un outil existe, fût-il de mort, il sera nécessairement utilisé. Il s’agit d’une thèse ontologique. Dans ce cas, toute puissance nucléaire qui détient de quoi tuer un milliard de personnes les a en quelque sorte déjà tuées, dans ce temps où l’avenir et le présent communiquent instantanément, sans passer par la médiation de ces actes mentaux que sont les intentions, les plans, les promesses et les menaces. Dans ma présentation ci-dessus du paradoxe éthique, la proposition (3) n’a plus lieu d’être. L’opposition entre (1) et (2) est frontale. On peut donc « sauver » en théorie la rationalité de la dissuasion nucléaire mais on doit en conclure qu’au plan de la morale, elle est l’abomination de la désolation.

Notes

1. La Guerre qui ne peut pas avoir lieu. Essai de métaphysique nucléaire, Desclée de Brouwer, 2019.

2. Le fait que Trump fasse aujourd’hui des mamours tant à Poutine qu’à Kim, loin de nous rassurer, devrait nous effrayer encore plus.

3. Voir son dernier livre : The Doomsday Machine: Confessions of a Nuclear War Planner, Bloomsbury, 2017. Daniel Ellsberg est mondialement connu pour avoir livré au public les fameux Pentagon Papers qui, combinés au Watergate, devaient précipiter la chute de Nixon. On ne sait pas assez qu’appelé au Pentagone par Robert McNamara, il prépara en 1962 les plans d’une guerre nucléaire totale contre l’Union soviétique. Ils auraient fait, s’ils avaient été exécutés, un milliard de morts, soit le tiers de la population mondiale de l’époque.

4. « Missiles balistiques arrivent sur Hawaï. Mettez-vous immédiatement à l’abri. Ceci n’est pas un exercice aérien. »

5. Ne pas comprendre ce mot dans le sens qu’il a lorsqu’on parle de déontologie professionnelle. Il s’agit d’une théorie des devoirs, dont l’illustration la plus importante se trouve chez Kant.

6. Voir Scott Sagan, « The Korean Missile Crisis. Why Deterrence is Still the Best Option » (« La crise des missiles de Corée. Pourquoi la dissuasion reste encore la meilleure option »), Foreign Affairs, septembre 2017.

7. Ce qui se traduit en anglais par l’expression Mutually Assured Destruction », dont le sigle MAD, qui, pris pour un mot, signifie « fou », en est venu à désigner la dissuasion elle-même.

8. David K. Lewis, “Finite Counterforce” in Henry SHUE (éd.), Nuclear Deterrence and Moral Restraint, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

Derrière cet article

Jean-Pierre Dupuy En savoir plus

Jean-Pierre Dupuy

Fonction Enseignant chercheur
Discipline Sciences politiques et philosophie